Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR NOUS SOUTENIR

SITUATION NATIONALE: Gackou charge le gouvernement « nul » de Macky

0 177

 

Le leader du Grand Parti (GP), Malick Gackou, a fait face à la presse, ce mardi, à Dakar.
Une occasion pour lui de dresser un bilan de la gouvernance de Macky Sall et d’engager le combat pour 2024. Il a qualifié le bilan du Président Macky Sall depuis 12 ans de nul. De l’économie à la justice, Malick Gackou estime que le régime en place a fini de mettre à genoux le pays.
« Pour ce qui concerne la hausse généralisée des denrées de consommation courante, je vous invite à relire ma déclaration en date du 06 novembre 2022 que j’avais faite à la suite des mesures prises par le Président Macky Sall pour soi-disant la réduction de la cherté de la vie. Dans cette déclaration, j’avais assimilé ces mesures à des éléphants blancs car elles étaient statiques et ne pouvaient en aucune manière induire une baisse des prix des denrées de première nécessité. En effet, sans une véritable politique de relance qui impulse en amont les nécessités de la production nationale pour freiner le processus chronique de décapitalisation de notre économie, il sera impossible de réduire structurellement les coûts et les prix. L’histoire nous a donné encore une fois raison. En effet, la fixation des prix d’autorité par le Président Macky Sall qui n’a pas tenu compte de la logique économique s’est soldée par un cuisant échec », a-t-il soutenu avant de poursuivre : « Contrairement à la baisse annoncée, nous assistons aujourd’hui à une hausse considérable et injustifiée des prix du carburant qui va avoir pour effets immédiats l’augmentation du prix de l’électricité et des tarifs du transport. Ceci va incidemment entrainer une augmentation généralisée des prix. Une telle situation ne pourrait pas être supportée par nos ménages déjà très éprouvée par la flambée incessante des prix. »
Sur les mesures prises par le gouvernement après le tragique accident, il soutient que le gouvernement a versé dans la précipitation. « Le gouvernement et son ministre des transports, conscients de la justesse de certaines revendications, mais piqués par un orgueil mal placé, peinent à trouver une issue heureuse à cette grève qui n’a fait que trop durer montrant encore une fois leur incapacité à prendre en charge correctement les préoccupations de nos concitoyens, surtout dans ce secteur qui a plus que jamais besoin de renouveler son parc automobile et de pallier l’étroitesse des routes qui sont les principales causes des nombreux accidents », a-t-il assuré.
Concernant la publication du rapport de la cour des comptes sur la gestion des fonds de la COVID 19 a sidéré tous les Sénégalais, le leader de Grand parti n’a pas caché sa déception.
Il se demande ainsi comment comprendre qu’au moment où beaucoup de nos compatriotes cloitrés chez eux à cause de la pandémie et éprouvant toutes les difficultés du monde pour survivre, certains des dirigeants, sans foi ni loi, détournent ce fonds de guerre destiné à l’aide des populations les plus vulnérables ?
« Ils ont fini de montrer leur manque de patriotisme et leur cupidité et doivent payer pour ces crimes commis. Nous attendons, conformément aux recommandations des auditeurs, que la justice se saisisse du dossier et que les coupables soient sévèrement punis car d’autres ont été condamnés pour moins que ça », a-t-il dit.
Pour la candidature du président Macky sall à l’élection présidentielle de 2024, il assure qu’elle est à tous points de vue juridiquement, moralement et politiquement indéfendable.
« Juridiquement, la lettre de l’article 27 de notre Charte fondamentale est on ne peut plus claire. Même si certains esprits malveillants veulent faire persister des doutes, ou pourrait recourir, le cas échéant, à l’esprit de l’article et faire « éclairer la loi par l’histoire », comme le disait Montesquieu dans De l’esprit des lois. Politiquement et moralement, la thèse d’une possibilité d’une troisième candidate ne peut pas prospérer pour la bonne et simple et simple raison que le président Macky Sall et ses affidés ont déclaré, urbi et orbi, que le mandat de 2019 était leur second et dernier mandat.
Alors, ils n’ont qu’à respecter leur parole, « gor ca wàx ja » et préparer la passation de pouvoir pour laisser le Sénégalais élire leur président en 2024 car leur PSE est un échec patent qui ne fait qu’enliser les Sénégalais dans la souffrance », dira-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.