Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

RENCONTRE AVEC LA COMMUNAUTÉ UNIVERSITAIRE: Macky félicite Cheikh Oumar Anne

0 101

 

Le chef de l’Etat a présidé ce jeudi 07 avril une Réunion de travail avec la communauté universitaire. Dans son discours introductif, Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République a félicité son ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation monsieur Cheikh Oumar Hann pour le travail remarquable qu’il est en train de faire.

 

 

« Je me réjouis, une fois de plus, d’être au rendez-vous avec la communauté universitaire en vous accueillant ici au Palais de la République. Je vous souhaite la bienvenue et vous remercie toutes et tous de votre présence, avec mes meilleurs vœux en cette période bénie de carême et de ramadan », a d’emblée soutenu le chef de l’Etat.
Pour lui, « la rencontre s’inscrit dans le même esprit que celle du 6 août 2013, quand nous avons tenu ici même le Conseil Présidentiel sur les Conclusions de la Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Je vous reçois aujourd’hui dans les mêmes dispositions. Il s’agit d’examiner avec celles et ceux, chargés de diffuser le savoir, les voies et moyens d’améliorer notre système d’enseignement supérieur pour qu’il reste à la hauteur de nos ambitions et au plus près des réalités de notre temps. »
Cette rencontre avec la communauté universitaire est donc surtout, pour Macky, un moment privilégié de réflexion, d’échanges et d’évaluation pour orienter leurs prises de décision dans l’objectif que voilà.
« Ce cadre doit donc avant tout, nous donner l’occasion de procéder à un diagnostic, interroger l’existant, nos pratiques et l’articulation de nos moyens rapport avec nos ambitions et nos résultats. En même, temps, il s’agit d’identifier nos forces et faiblesses et de nous projeter sur le futur que nous voulons assigner à notre système d’enseignement supérieur, pour en faire un système plus performant au service du développement de notre pays, car c’est la finalité de tous nos efforts », a-t-il assuré.
Ainsi, il a parlé d’ambitions et de résultats. Cela commence par les moyens, car qui veut la fin, doit aussi vouloir les moyens.
Ce qu’il a toujours voulu faire avec l’enseignement supérieur.

« Les dotations budgétaires du secteur de l’enseignement supérieur sont passées de 117 168 128 630 FCFA en 2012 à 241 017 397 555 FCFA en 2022, soit plus du double en dix ans.
Cet effort budgétaire nous a permis les réalisations suivantes : ​
Premièrement, l’élargissement de la carte universitaire avec l’ouverture des universités du Sine-Saloum El Hadji Ibrahima Niass (USSEIN), Amadou Mahtar Mbow (UAM), des Instituts supérieurs d’Enseignement professionnel (ISEP), une innovation majeure, et l’Université virtuelle du Sénégal ; Deuxièmement, le renforcement de l’écosystème universitaire, de ses ressources humaines et de ses équipements avec, notamment, pour ne citer que quelques exemples : L’évolution du nombre d’enseignants-chercheurs de 2027 en 2015 à 2348 en 2021 et celui des personnels administratifs, techniques et de service (PATS) dans les œuvres sociales de 2745 en 2012 à 6225 en 2021 ; la construction et l’équipement de 100 laboratoires ;
la mise en service imminente du supercalculateur, du microscope électronique et des équipements de biotechnologie ; la construction de nouveaux pavillons pour une meilleure prise en charge des besoins en logement des étudiants, pour un investissement de plus de 79 milliards de FCFA (le nombre lits qui était de 6030 en 2012 va passer à 43 375 en 2022, et sera donc multiplié par 7) ; l’augmentation considérable des budgets des œuvres sociales (restauration, personnels, frais médicaux, etc.) dont plus de la moitié destinée aux bourses et aides. Ainsi, le nombre d’étudiants boursiers est passé de 77 924 en 2011/2012 à 122 778 étudiants en 2020/2021 ; Les ressources allouées aux bourses et aides ont presque doublé, passant de 40 milliards en 2011/2012 à 70 milliards en 2020/2021 ; le recrutement de 200 personnels d’enseignement et de recherche (PER) ; la réception du siège de l’UVS et l’ouverture de nouveaux Espaces Numériques Ouverts (ENO) dans 46 départements, constituant un réseau national interconnecté d’un coût de 72 milliards de FCFA ; l’appui de l’Etat à la mise en place de plateformes d’enseignement à distance avec le projet «Smart Education» ; l’amélioration substantielle de la pension de retraite des personnels d’enseignement et de recherche, avec l’appui de l’Etat et du Fonds de solidarité ; la signature des décrets d’application de la loi n° 2015-02 sur les Universités publiques ; l’opérationnalisation des ISEP de Thiès (avec déjà 8 promotions), Diamniadio, Bignona, Matam et Richard-Toll », a-t-il expliqué.
En outre, pour les perspectives le chef de l’Etat a mentionné l’Université Souleymane NIANG de Matam et l’Université du Sénégal oriental, les huit (8) ISEP en cours de réalisation par l’Etat avec le soutien de la Banque mondiale (Kaffrine, Kaolack, Kédougou, Kolda, Tambacounda, Sédhiou, Fatick et Louga) ; et celui de Mbacké avec l’appui de la coopération allemande.
A terme, nous disposerons ainsi d’un réseau de 14 ISEP permettant une meilleure équité territoriale en matière d’enseignement supérieur axé sur la diversification des filières et leur professionnalisation qui facilite l’employabilité des diplômés.

Il cite également la mise en place de plateformes d’enseignement bimodal, la dématérialisation des procédures dans les Universités et la nouvelle armature institutionnelle portée par la signature des décrets d’application de la loi sur les Universités publiques.

« Cette dernière décision favorise l’harmonisation d’organes tels que les Conseils d’Administration et les Conseils Académiques pour faciliter une meilleure gouvernance des Universités.
Malgré ces efforts budgétaires et ces réalisations substantiels, je suis conscient de nos limites ; et je sais que nous avons encore du chemin à faire pour construire le système d’enseignement supérieur de nos rêves.
A bien des égards, notre Université continue d’être instable et de produire des performances relativement en deçà des attentes ; ceci expliquant certainement cela.
S’y ajoutent d’autres facteurs comme : L’accroissement exponentiel des effectifs d’étudiants, ce qui implique l’accélération des chantiers d’infrastructures et d’équipements ; L’insuffisance des personnels d’enseignement et de recherche ; Le financement limité de la Recherche ; La faiblesse des résultats dans bien des facultés et UFR, notamment au 1° cycle ; La qualité, la reconnaissance de certains diplômes ; Une articulation encore insuffisante entre l’université, l’entreprise et le marché ; ce qui constitue une limite à l’insertion socio-professionnelle des diplômés.
Il y a là, autant de chantiers à construire ou à parfaire. Nous y reviendrons certainement dans nos échanges », souligne le président de la République.
Il se réjouit ainsi du bilan du gouvernement dans les universités.

« Je dois dire que nous avons ensemble, gouvernement et communauté universitaire, un bilan dont nous pouvons être fiers. Nous en sommes la preuve vivante, puisque que pour l’essentiel nous sommes tous et toutes des produits de l’université sénégalaise. De plus, si nos universités continuent d’attirer des étudiants et chercheurs d’autres pays, pas seulement de notre voisinage immédiat, c’est bien parce qu’elles continuent de répondre à leur vocation de pôles de diffusion du savoir et du savoir-faire. Ces performances sont les nôtres, gouvernement et monde universitaire réunis.
Nous sommes tous parties prenantes, responsables et comptables des performances de notre Université. Notre défi commun, c’est de continuer à éprouver et questionner notre système pour le hisser à la hauteur de nos ambitions. C’est la finalité de notre exercice. Et c’est à cela que je vous convie dans un esprit de solidarité et de partenariat au service de notre université », dira-t-il.

Le chef de l’Etat a par ailleurs félicité le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation monsieur Cheikh Oumar Anne pour le travail remarquable avant de l’encourager avec ses collaborateurs à poursuivre les efforts pour l’atteinte des objectifs.

Papa Malick FAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.