Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR NOUS SOUTENIR

Lutte syndicale : Le SAEMSS dresse son bilan et dégage ses perspectives pour la rentrée scolaire prochaine

0 422

Le Bureau Exécutif national du SAEMSS s’est réunit ce samedi
pour faire le bilan de la lutte syndicale de l’année scolaire écoulée et dégager des perspectives pour la prochaine rentrée des classes. Le SAEMSS tient à dénoncer avec véhémence les lenteurs notées dans la mise en œuvre des engagements du Gouvernement portant notamment sur la révision du statut des décisionnaires, la formation diplômante des enseignants, la mise à disposition des prêts au logement et des parcelles ainsi que les réformes dans la Formation professionnelle et Technique.

En ce qui concerne la révision du statut des décisionnaires, au sortir de la rencontre technique du 26 juillet 2023 avec le ministère de la Fonction publique, les syndicalistes fustigeons le dilatoire du Gouvernement sur la signature du décret 74-347 du 12 avril 1974 modifié et le louvoiement sur la rétroactivité. Quant à la formation diplômante des enseignants, ils ont regretté les manquements ( retard dans le démarrage des sessions de formation des MEPS au CENPS, des confusions notées dans le ciblage des profs de philosophie, le retard dans la mise en œuvre du reversement des METP…)

Par ailleurs ils condamnent la résurgence des lenteurs administratives suite au retrait des habilitations des bureaux relais PAMA pour la production des projets d’avancement et à la restriction des voies de dépôt des dossiers administratifs des enseignants.

Aux du SAEMSS de rappeler au Gouvernement du Sénégal que si des solutions urgentes ne sont pas apportées pour abréger les souffrances des décisionnaires, le syndicat fera de cette question son principal cheval de bataille dès la prochaine rentrée des classes.

Aussi, le SAEMSS met en garde le Gouvernement du Sénégal contre toute forme de retard ou d’exclusion dans le cadre du déroulement de la formation diplômante des enseignants à la FASTE et dans les autres structures. En effet cette formation est un droit consacré par la loi 61-33 du 15 juin 1961, par conséquent, le syndicat restera intransigeant par rapport à son caractère inclusif afin qu’aucune cible ne soit laissée en rade.

Enfin, ils prennent l’opinion publique nationale et internationale à témoin et rappellent au Gouvernement que l’école sénégalaise doit rester au cœur des priorités de l’Etat en toute circonstance. A ce titre, il importe pour le SAEMSS de préciser que le seul gage de stabilité de cette école demeure le strict respect des engagements souscrits et conformément à sa vocation, le SAEMSS réitère son engagement et sa détermination à poursuivre le combat pour le progrès social et la revalorisation de la fonction enseignante.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.