Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR NOUS SOUTENIR

Port du bracelet : Huit détenus placés sous surveillance électronique

0 107

 

Depuis l’inauguration, au Sénégal, d’un centre de surveillance électronique marquant le début d’effectivité du placement sous surveillance électronique il y a eu une forte demande des détenus autour de ce dispositif qui permet désormais de suivre à la trace l’individu placé sous surveillance électronique. Même s’il est pour le moment difficile de dire le nombre exact de demande exprimé par les prisonniers, Yakham Ley, magistrat et Directeur des affaires criminels et des grasses a fait savoir qu’il y a eu 8 détenus qui ont été placés sous surveillance électronique par le juge. Il se prononçait à l’atelier de sensibilisation sur le port du bracelet électronique comme alternative à l’incarcération à la maison d’arrêt des femmes de liberté 6.« A la date d’aujourd’hui au niveau du tribunal de grande instance de Pikine Guediawaye il y a eu un inculpé qui a été placé sous bracelet électronique. De même au niveau du tribunal de grande instance de Saint Louis il y a 7 condamnés qui ont été aussi placés sous bracelet électronique. Depuis lors ces personnes sont rentrées chez elles, elles sont suivis par le centre de surveillance électronique» a renseigné le directeur des affaires criminels et des grasses. Avant de préciser :« Je ne saurais dire le nombre de demandes enregistrées mais tout ce que je peux dire il y a un fort engouement pour le bracelet électronique et les magistrats sont sensibilisés pour pouvoir prononcer les mesures à chaque les conditions légales sont remplis. Il s’agit des inculpés c’est à dire les personnes poursuivies par la loi et qui n’ont pas encore été jugées. Il y a aussi les condamnés donc les personnes reconnues coupables et dont une peine d’emprisonnement a été prononcée »

Pour rappel la surveillance électronique est une alternative aux détentions provisoires. Une innovation qui a des objectifs liés à l’humanisation de la sanction pénale. Le Sénégal évoque depuis 2018 l’introduction du bracelet électronique comme alternative à la prison. Elle a été approuvée en juillet 2020 par les députés. Il faut aussi rappeler que seul le détenu peut adresser une demande au juge de bénéficier du bracelet et s’est ainsi que ce dernier va statuer s’il peut être placé sous surveillance électronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.