Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

Le Président Macky SALL et le Combat pour l’Eternité (Par Ousmane Wade)

0 127

Dès son accession à la magistrature suprême, à la faveur des élections présidentielles de 2012, le Chef de l’Etat, son Excellence Macky SALL a fixé le cap de son Action au service de notre cher pays, le Sénégal : travailler inlassablement pour le Bien-être de son Peuple. Ainsi que, du reste, il l’a nouvellement rappelé, le jeudi 06 octobre, face à la grande famille du vénéré Elhadji Malick SY, lors de sa visite d’avant-Gamou dans la cité sainte de Tivaouane.

Travailler pour le Bien-être des populations, qui n’ont eu cesse de lui renouveler leur confiance – à n’en juger que par l’élection présidentielle de 2019 et en dépit des législatives du 31 juillet 2022 –, pourrait ne signifier qu’un slogan trivial, dans l’entendement forcément réducteur des tenants zélés des lignes adverses à celle qu’a consciencieusement tracé le Président de notre République. Or, travailler pour le Bien-être du Peuple constitue, de toute évidence, le cœur de l’Action du Chef de l’Etat, le seul objet de son contrat avec les différentes couches de la population du Sénégal, l’unique feuille de route qu’au quotidien, il adresse à ses collaborateurs.

Travailler pour le Bien-être du Peuple sénégalais est une formule heureuse pour rendre accessible cette vérité incontestable que le Président Macky SALL s’est toujours conformé à l’obligation faite à un Chef d’Etatde sa stature d’indiquer la voie à toutes les équipes placées sous sa direction clairvoyante. Afin que seconcrétise sa généreuse Vision – le Plan Sénégal Emergent que l’on traduirait par « Yonu Yokkute », en wolofqui englobe tous les secteurs socio-économiques de notre pays. C’est, d’ailleurs, à cette aune unique qu’il convient de décrypter la raison pour laquelle la nouvelle formation que dirige le Premier Ministre Amadou BA est qualifiée de Gouvernement de Combat.

Gouvernement de Combat en ce sens qu’il est effectivement chargé de poursuivre la guerre  pour le développement intégral de notre pays. Une guerre que, sans conteste, l’actuel Président de la République a déclenchée bien avant son accession à la plus haute charge de l’Etat, dès que le Président Abdoulaye WADE l’a nommé Premier Ministre, en 2004. Pour s’en convaincre, il suffit de s’en tenir aux propos du même Président WADE qui, après avoir bien observé le Chef de son gouvernement d’alors à l’œuvre, avait affirmé urbi et orbi : « Avec le premier ministre Macky SALL, mes chantiers sortent de terre ! »

C’est dire que le Président Macky SALL est un combattant né, qui a à cœur de porter le Sénégal haut dans le concert des nations. Et ses armes se résument à :

-faire de Dakar une ville moderne, à l’image des plus belles capitales du monde avec le Train Express Régional (TER) ; le Bus Rapide Transit (BRT) ; la nouvelle ville de Diamniadio et ses infrastructures futuristes que sont le Centre International de Conférence Abdou DIOUF (CICAD), les sphères ministérielles, le Marché d’Intérêt National (MIN), la Gare des Gros Porteurs (GGP), l’hôtel Radisson, le Dakar Arena – temple dédié au basket de haut niveau –, le stade Abdoulaye WADE – antre sportif de classe mondiale n’ayant rien à envier aux mythiques stades des grands pays de football. Pour ne citer que les plus en vue ;

accélérer le processus de désenclavement de notre pays avec la réalisation de projets  révolutionnaires comme le port de Ndayane destiné à décongestionner le Port Autonome de Dakar (PAD) ; le pont de Foundiougne ; le pont de la Sénégambie assurant la continuité territoriale entre le sud et le reste du Sénégal ; le pont de Marsassoum ; l’autoroute à péage Ila Touba et celle devant relier Dakar à Saint-Louis ;

-déployer le Programme de Modernisation des Villes (PROMOVILLE) sur toute l’étendue du territoire national avec des réalisations concrètes à Dakar et dans toutes les villes de l’intérieur comme Matam, Kédougou, Kolda, Sédhiou, Tambacounda et Ziguinchor, pour ne faire référence qu’aux capitales régionales les plus reculées ;

-déployer le Programme d’Urgence de Modernisation des Axes et Territoires frontaliers (PUMA) dans 238 communes frontalières que le Président de la République ambitionne de moderniser, pour en faire de belles vitrines de notre pays face à ses voisins ;

-intensifier les actions du Programme de Désenclavement des Zones de Production (PDZP) et du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) en faveur des territoires longtemps oubliés de l’intérieur du pays et très souvent dépeints, avec une certaine once de péjoration, comme le « monde rural » ;

-accentuer le secours aux familles et aux personnes vulnérables par le renforcement des filets de protection sociale que représentent les Bourses de Sécurité Familiale (BSF) et la Couverture Médicale Universelle (CMU), entre autres prestations venant toutes à point nommé ;

-mettre en œuvre le programme de construction de 100 000 logements pour faciliter l’accès des sénégalais à un toit décent sans discrimination aucune. Un secteur à ce point cher au Président de la République qu’il a mis en place le Fonds pour l’Habitat Social (FHS) et la Société d’Aménagement Foncier et de Rénovation Urbaine (SAFRU), venus renforcer la Société Immobilière du Cap-Vert (SICAP) et la Société Nationale des Habitations à Loyer Modéré (SNHLM) ;

-aménager des Domaines Agricoles Communautaires (DAC) dans l’optique de booster l’agriculture et de contribuer à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, tout en inversant, de manière décisive, la courbe de l’exode rural ;

-densifier la carte scolaire et universitaire de notre pays avec de nouvelles créations telles que le Lycée d’Excellence de Diourbel, l’Université du Sine-Saloum Elhadji Ibrahima NIASS (USSEIN), l’Université Iba Der THIAM (UIDT) de Thiès et les Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) – entre autres décisions de haute portée novatrice dans le domaine de l’enseignement – tout en assurant le relèvement du niveau des personnels avec l’augmentation des salaires des enseignants et la modernisation des structures classiques telles que l’Université Cheikh Anta DIOP (UCAD) de Dakar, l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, l’Université Alioune DIOP de Bambey (UADB) et l’Université Assane SECK de Ziguinchor (UASZ). En attendant les universités de Matam et de Tambacounda ;

accorder une attention toute particulière au secteur de la santé, en dotant toutes les régions du pays de centres hospitaliers dignes du nom, munis d’équipements de dernière génération, et agir, en rapport avec toutes les compétences, en vue de rendre notre système sanitaire digne de confiance.

La revue que, pêle-mêle, nous venons de faire des différents centres d’intérêt sur lesquels le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, oriente son Combat de tous les jours pour le Bien-être du Peuple sénégalais est loin d’être exhaustive. Toutefois, elle se veut assez illustrative de l’envergure des différents fronts que le Chef de l’Etat a ouverts pour aller à l’assaut des difficultés que confronte notre pays et ses habitants. Et elle atteste, du coup, que la guerre pour l’émergence du Sénégal est loin d’être terminée. Elle n’est pas gagnée d’avance et n’est pas de tout repos, non plus. D’où la pertinence du concept de Gouvernement de Combat.

A vrai dire, le Combat que le président SALL continue de livrer pour le Bien-être du Peuple sénégalais relève d’une œuvre si rude que, dans des domaines bien précis, il faille opérer des rectifications et même des recommencements. C’est le constat que les esprits raisonnables peuvent faire s’ils s’avisent de jauger les réponses que, depuis 2012, les gouvernements successifs apportent aux questions lancinantes de la cherté du coût de la vie que cristallise la flambée des prix des denrées de première nécessité et du loyer. Sans oublier celles relatives aux inondations dans Dakar et à l’intérieur du pays.

Cependant, il s’agit d’un Combat courageux qu’en homme de conviction, le Président de la République continue de mener sans se faire d’illusion et sans illusionner le peuple aux destinées duquel il a l’insigne honneur de présider depuis plus d’une décennie. En effet, face à un monde qui évolue d’une manière difficilement prévisible – qui aurait pu prévoir la crise de la COVID et le cours de la guerre russo-ukrainienne dont l’économie mondiale se ressent encore ? – les marges de manœuvre laissées aux Etats tels que le nôtre sont on ne peut plus réduites. Et le président SALL en est tellement conscient qu’il continue de nous tenir un langage de vérité.

Un langage très lucide que malheureusement le contexte sénégalais actuel, marqué par une floraison demarchands d’illusions de toutes les espèces, tend à rendre difficilement audible. Mais un langage qui finira par avoir raison de toutes les suspicions infondées et par mettre à nu toutes les contrevérités que distillent les détracteurs de notre système démocratique.

Le Combat infatigable du Président de la République, Son Excellence Macky SALL, s’apparente à celui de Sisyphe. Il se veut celui d’un homme avisé et bien imprégné des réalités structurant le monde dans sa globalité. C’est le Combat d’un grand dirigeant soucieux de laisser une empreinte indélébile sur les pages du futurde notre nation.

Aussi, avons-nous bien compris que le Président SALL ne s’attache point aux fioritures et ne se focalise que sur l’essentiel. A savoir faire progresser le Sénégal et ses populations dans tous les domaines, dans un monde de plus en plus improbable et marqué par « la fin de l’abondance », pour paraphraser le Président français, Son Excellence Emmanuel Macron.

Et, lorsque notre engagement résolu – aux côtés d’un homme de cette trempe exceptionnelle que représente Son Excellence Macky SALL – nous accorde le privilège de compter parmi celles et ceux qui ont en charge de l’accompagner dans l’exécution de sa noble mission au service du Sénégal, nous devons, en toute circonstance, ne jamais nous départir de la sérénité dont lui-même fait toujours montre.

Nous avons ainsi l’obligation de garder présent à l’esprit que les échéances électorales à venir ne doivent guère nous divertir de nos objectifs. En d’autres termes, il nous incombe de travailler dur afin que l’horizon 2024 ne soit pas une barrière infranchissable pour le Président SALL.

En tout état de cause, au regard de son leadership éclairé – tant au niveau national que sur le plan international – Son Excellence Macky SALL est déjà devenu un être éternel face à la postérité.  

Ousmane WADE

Administrateur du Fonds pour l’Habitat Social

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.