Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR NOUS SOUTENIR

JOURNÉE MONDIALE DES DROITS DES CONSOMMATEURS: L’ACSIF pose des doléances et interpelle les autorités…

0 226

Hausse générale des prix, retention de l’agrément des associations de consommateurs, la crise que traverse la Poste, le crédit DMC et la situation des familles des usagers des banques sont, entre autres, les points soulevés par l’Association des Clients et Sociétaires des Institutions Financières (ACSIF) à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des droits des consommateurs, ce mercredi 15 mars. Face à la presse, Famara Ibrahima CISSÉ et ses camarades interpellent l’Etat sur ces différentes questions.

 

L’association des Clients et Sociétaires des Institutions Financières (ACSIF) a profité de la célébration de la journée mondiale des consommateurs pour poser quelques doléances sur la table des autorités. Parmi ceux-ci, les mesures prises par l’Etat du Sénégal pour lutter contre la hausse généralisée qui sont jetées aux oubliettes si l’on en croit le Président de l’ACSIF.

« Les concertations sur la lutte contre la vie chère lancées au mois de septembre 2022 par le Président de la république au palais présidentiel n’ont débouché sur aucune mesure sérieusement appliquée et aucun suivi » regrette Famara Ibrahima CISSE.

Et d’ajouter que les consommateurs ont assisté à une illusion de baisse. De surcroît, dans le secteur financier, des banques, une hausse vertigineuse des coûts et service a entraîné une multiplication des coûts des services par deux ou plus. Cette situation baisse le pouvoir d’achat des travailleurs et plonge les consommateurs dans des difficultés incommensurables, dit-il.

Famara Ibrahima CISSÉ et ses camarades se sont, en outre, indignés de la rétention des agréments des associations de consommateurs depuis plus deux ans. Une retention qui, d’après lui, témoigne une volonté de désarmer les dites associations.

« La loi sur les prix et la protection du consommateur prévoit pour la reconnaissance des associations de consommateurs l’acquisition d’agrément. Pour remplir cette disposition réglementaire, les associations de consommateurs, depuis deux ans, ont dûment déposé leurs dossiers qui se trouvent dans les tiroirs du ministère sans aucune suite », rappelle le président de l’ACSIF. Cette négligence du ministère du commerce, d’après lui, laisse les associations de consommateurs désarmées face à leur responsabilités…

L’ACSIF s’est également prononcé sur la situation de la Poste, le crédit DMC ainsi que la situation des partenaires des usagers des établissements financiers décédés.
« La situation de la poste reste toujours inquiétante pour les consommateurs des services postaux. En effet, depuis des années les usagers sont soumis à des épreuves insupportables pour accéder à leurs avoirs: salaires, pensions, épargnes, virements, transferts, documents financiers… Concernant le crédit DMC il faut rappeler que c’est un prêt sans intérêt que l’État met à la disposition de ses employés. En effet, depuis la décision de son externalisation auprès des banques partenaires, les travailleurs pour lesquels les dossiers d’éligibilité sont soumis à examen auprès des banques partenaires traversent d’énormes difficultés: la direction de la solde commence à leur prélever des échéances bien avant que la banque ne statue sur leur éligibilité. Ce fait dénote un manque de coordination entre la solde, la DMC et la banque partenaire. La banque leur exige des dossiers qui les plongent dans l’endetter voire le surendetter, la banque leur soutire des frais injustement que l’Etat à déjà pris en charge » a notamment déclaré le président de l’ACSIF ce mercredi face à la presse.

Famara Ibrahima Cissé de conclure sur la situation des veuves des travailleurs décédés laissent derrière eux le dernier salaire et les salaires post-mortem qui doivent revenir aux héritiers. « Le trésor, par la lettre de reversement envoyée aux banques, devrait réclamer les salaires indûment versés dans un délai bien défini pour permettre à la famille de bénéficier du dernier salaire, de la pension et des rappels».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.