Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

IMPLICATION DES JEUNES DANS LA POLITIQUE: Le plaidoyer de l’AJS

0 122

Les jeunes et les femmes sont relégués au second plan dans les partis politiques et le gouvernement. Et l’exemple de l’Assemblée nationale est la pour le confirmer, sur les 165 députés, seul un à moins de 30 ans, c’est le constat amer fait par l’Association des femmes juristes. Pour changer la donne et dans le cadre du projet » Féminisation de la politique dans la région de Dakar » qui réunit six communes de la capitale et en prélude aux locales de janvier 2022, l’AJS en partenariat avec l’Institut des inégalités a organisé, ce samedi 13 novembre, un atelier sur le dialogue intergénérationnel. L’objectif de cette rencontre est de trouver des solutions pour une implication massive des jeunes femmes de le milieu politique au Sénégal

« Le Sénégal est un pays de jeunes et de femmes. L’engagement des femmes en politique ne date pas d’aujourd’hui mais le constat fait, c’est qu’il nya pas beaucoup de femmes dans les instances de décision. C’est ce qu’il faut corriger et que les jeunes femmes s’impliquent davantage en politique et qu’elles aillent chercher les postes de responsabilités et assumer leur rôle dans les instances de décision. C’est d’ailleurs l’objet de cet atelier portant dialogue intergénérationnel dans le cadre de la politique au Sénégal » a déclaré Madame Aby Diallo, Présidente de l’Association des Femmes Juristes (AJS) .

La représentante de l’Institut des inégalités au Sénégal Fatou Diop Diarra Dionne, a rappelé que l’objectif de cette rencontre vise une implication massive des femmes en politique mais aussi une appropriation de la loi sur la parité.

« Dans le cadre de notre partenariat avec l’AJS nous avons des projets qui visent la promotion des droits des femmes et l’implication des femmes politiques. Nous travaillons avec les femmes élues locales pour une plus grande implication massive des femmes en politiques mais aussi les appuyer pour une meilleure application de la loi sur la parité » .

L’une des participantes a cet atelier Madame Bator Seck a de son côté soulevé la dualité qui existe entre l’ancienne génération et la nouvelle génération politique.

« l’ancienne génération ne nous fait pas assez de place pour que les jeunes puissent intégrer la junte politique féminine »

Ainsi elle estime que la tenue de cet atelier aiderait les jeunes à s’engager en politique. Au sortir de cette rencontre, une fois dans nos quartiers et nos communes nous allons restitué ce que nous avons appris ici. Je dirais pas que se sera suffisant mais cela peut aider les autres à avoir une autre appréciation de la politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.