Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

FINANCEMENT DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE: La société civile plaide pour un arrimage de la stratégie nationale

0 47

 

Le cadre de concertation, de coordination et d’action de plaidoyer de la société civile pour la santé au Sénégal (3CAP SANTE) a tenu, ce mardi, un atelier de restitution et de validation de l’analyse situationnelle sur la ligne budgétaire santé des collectivités territoriales. L’objectif principal de cet atelier est de présenter aux partenaires institutionnels et sociaux les principaux résultats de l’étude et de proposer des recommandations citoyennes pour une meilleure prise en compte de la SRAJ dans le budget des collectivités territoriales.

Les membres de la société civile se sont réunis pour partager avec les différentes parties prenantes à savoir l’Etat la société civile et le secteur privé une étude qui portait sur le diagnostic de la ligne centre des collectivités territoriales. Ce diagnostic était beaucoup plus accès sur l’analyse de la santé de la reproduction. « Nous avons tenu cette rencontre pour partager les résultats de notre étude sur le financement de la santé par les collectivités locales est très faible. Il s’agit d’un financement globalement faible. De ce point de vue nous portons ce plaidoyer à l’endroit de l’Etat et aux élus locaux pour qu’ils puissent d’avantage avoir une ligne budgétaire santé conséquente affectée à la santé de la reproduction », a plaidé Ibrahima Yamar Diop coordonnateur du code de la journée de l’ONG 3D
Une étude entre dans le cadre du financement de la santé au niveau territoriale. La santé de la reproduction est une priorité et l’Etat du Sénégal a pris des engagements au niveau international à travers le partenariat de Ouagadougou. L’objectif de la société civile est d’arriver à pousser l’Etat à porter l’enveloppe allouée à la SR a hauteur d’un milliard à l’horizon 2026. « Il faudrait une cohérence entre la politique nationale qui est développée mais avec les activités qui sont réalisées au niveau du terrain. On a vu qu’il n’y a pas un arrimage de la stratégie nationale aux activités locales. C’est pour cela que nous voulons amener l’Etat à harmoniser ses stratégies entre le niveau central et les collectivités territoriales. Ce qui va leur permettre d’avoir un nomenclature budgétaire qui est favorable à la SR au niveau des collectivités territoriales », ajoute-t-il.

L’étude a ciblé cinq zones d’intervention qui sont les commune de Saint Louis, de Thiès, Sandiara, Face Guele Tapée Colobane. Ces études ont été réalisées en se basant sur le compte administratif et le compte des gestions des collectivités territoriales. L’analyse en profondeur de ces outils ont montré qu’il n’y a pas une ligne spécifique affecté à la SR par ces collectivités territoriales. La société compte donc redresser la pente.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.