Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

Filières oignon et pomme de terre : Les acteurs lancent une plateforme pour améliorer leurs productions

0 83

 

Le Bureau d’Analyses Macro-Economiques de l’ISRA (ISRA-BAME) en partenariat avec le Projet PROVALE-CV a mis en
place une plateforme multi-acteurs d’innovation pour soutenir les filières oignon et pomme de terre. Cette plateforme d’innovation (PI) est un mécanisme visant à renforcer les capacités d’échanges et d’innovation entre des acteurs mutuellement dépendants, en améliorant leurs interactions en vue de faciliter l’apprentissage et de contribuer à la production ainsi qu’à l’utilisation des connaissances. Ce qui va permettre de renforcer la communication, la coordination, la mise en cohérence des interventions et le partage des connaissances entre les principaux acteurs impliqués dans la filière.

De concert avec la Direction de l’Horticulture (DHORT), l’ISRA BAME a organisé un atelier de lancement du dite plateforme d’innovation, à la suite de différentes concertations avec les principaux acteurs concernés.
L’objectif est de lancer la mise en place de la PI, de permettre aux différentes parties prenantes de s’approprier de la PI sur les filières oignon et pomme de terre. Cette approche à dimension participative a permis également de créer une synergie entre les différents acteurs de la chaine de valeur. La création de cette PI vient dans un contexte de d’insécurité alimentaire avec la guère en Ukraine où il beaucoup plus de capacité de résilience alimentaire en Afrique. « La mise en place de cette plateforme coïncide avec un contexte de concertation sur la lutte contre la cherté de la vie. On sait que le ministère de l’agriculture est l’un des institutions les plus interpellé à travers l’offre. En termes de souveraineté alimentaire pour l’agriculture la question c’est de régler le problème de l’offre pour qu’elle soit abondante de qualité et de toute l’année », a soutenu le directeur de l’horticulture, Dr Macoumba Diouf.
Et de poursuivre : « La plateforme permettra à partir des enjeux d’identifier des défis mais aussi des contraintes. La plateforme va donc s’attaquer aux priorités de ces deux filières qui si elle sont levées permettra de régler la question de la productivité et de la compétitivité de ces filières donc contribuer conséquemment à la souveraineté alimentaire à la création massive d’emploi mais des opportunités dans les exportations ».

Le Sénégal exporte jusqu’à 115 mille tonnes et pour l’essentiel c’est des cultures horticoles. Et ce chiffre concerne l’Europe avec un volume de 60% ; le reste concerne l’Afrique avec 40%. Avec des filières comme l’oignon et la pomme de terre, le Sénégal pourrait inverser cette tendance et essayer de capter le marché de la sous région qui est forcément dépendant de l’oignon du pomme de terre produits au Sénégal. Ce qui fera bien évidemment un volumes d’exportation plus important.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.