Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

CONSOMMER LOCAL: Le secteur privé souhaite une matérialisation des programmes établis par les gouvernements

0 17

 

Un atelier de partage sur le consommer local s’est tenu ce mardi à Dakar sous la présence du ministre du Commerce, Abdou Karim Fofana, du président de la Confédération des Employeurs du Sénégal (CNES), Adama Lam ; Une initiative du secteur privé national, sur les recommandations issues des travaux préparatoires des concertations sur l’amélioration de l’accès aux financements des PME. Une occasion pour Monsieur Lam de souhaiter une matérialisation des programmes établis par les gouvernements depuis des années. « je crois que c’est le temps de prendre nos responsabilités et d’agir. Je crois que le temps n’est plus à la parole ». Il ajoute: « La pandémie nous a rappelé les difficultés du monde actuel. Il ne s’agit pas de se recroqueviller sur soi-même mais d’accepter et de comprendre la nécessité de s’appuyer sur nos valeurs endogènes pour avancer », a-t-il soutenu.
Selon lui, il est impératif pour le Sénégal de mettre les bouchées doubles pour inverser la tendance sur les produits importés qui constituent l’essentiel de la consommation sénégalaise. Bien que la part de responsabilité du gouvernement dans ce combat soit immense, le Président de la CNES a, par ailleurs, lancé un appel à l’union sacrée aux acteurs du secteur privé national : « Il est temps qu’on arrive à faire une union des patronats. C’est une condition sine qua non si nous voulons être des interlocuteurs responsables, efficaces par rapport aux politiques publiques qui sont mises en œuvre ».
Le monde de l’entrepreneuriat sénégalais est majoritairement dominé par le secteur informel. Pour Adama Lam, cette situation serait en partie liée à la collecte d’impôts du Fisc sénégalais. « Beaucoup d’entreprises ont peur de se formaliser du fait de cette pression fiscale qui s’impose aux débutants et que même certains anciens sont incapables de supporter », estime-t-il en invitant les structures étatiques de remise à niveau à trouver des solutions pour sécuriser les entreprises existantes et développer celles qui existent.

Prenant la parole par la suite, le ministre du Commerce a, dans son allocution, répondu à ce dernier point. « Il faut assouplir, c’est vrai. Mais il faut aussi nous préparer à la grande concurrence continentale de la ZLECAF. Donc, il faut cajoler quand il faut mais il faut aussi vacciner, pousser et aider les entreprises à être plus éligibles, plus fortes pour faire face à la concurrence. Et en cela, l’Etat du Sénégal est prêt à accompagner comme il l’a toujours fait », dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.