Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

CHEIKH BALLA THIORO MBACKE: Le frère et secrétaire particulier de Bamba commémoré ce samedi

0 45

 

La communauté mouride célèbre demain Samedi à Mbar dans le département de Gossas, le « diplomate » et frère de Bamba, Cheikh Balla Thioro. Un personnage emblématique qui a marqué de son empreinte le mouridisme, aux côtés de son frère et guide Cheikh Ahmadou Bamba. Fin intellectuel, il a su user de son ingéniosité pour servir le mouridisme en des moments où la tâche était très difficile, pour ne pas dire impossible. Secrétaire particulier, conseiller et interprète du Cheikh, Serigne Balla était incontournable dans le dispositif mouride.

Retour sur les pas d’un intellectuel mouride

Parmi les premiers de la famille Mbacké, pour ne pas dire le premier à étudier la langue française, Serigne Balla Thioro, de son vrai nom, Habib Al Lahi a vu le jour en 1877 à Patar. Sa mère, Sokhna Thioro Diop est de la famille royale du Cayor, la tradition rapporte qu’elle est la cousine de Lat. Dior Diop.
L’environnement où Serigne Balla a vu le jour va faciliter son apprentissage du Coran et des sciences islamiques. Très tôt, son père, Serigne Mor Anta Sally l’a confié à son frère Cheikh Ahmadou Bamba, c’est lui qui l’initia au Coran, avant de le mettre sous la responsabilité de Mame Thierno Ibra Fati. Entre ces illustres personnalités, Serigne Balla a mémorisé le livre Saint et entamé l’apprentissage des sciences islamiques, toujours auprès de ses frères. Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Mame Mor Diarra, Mame Thierno et Serigne Cheikh Thioro guidèrent à découvrir les profondeurs des sciences islamiques. Il maitrisa de la plus belle des manières les sciences islamiques sous la coupole de ses frères.
Comme tout disciple mouride, Cheikh Balla a entamé après l’apprentissage, l’éducation spirituelle entre les mains de son guide et frère Cheikh Ahmadou Bamba. Un amour intense existait entre les deux; le Cheikh, lui-même disait : A chaque fois qu’il voyait Serigne Balla, les portes du bonheur s’ouvraient à lui et celles du malheur et de la tristesse se refermaient. Ainsi Serigne Balla n’a jamais quitté le cheikh de 1877 à 1895.

L’apprentissage du français

 

On ne peut pas parler de Serigne Balla Thioro, sans évoquer son passage à l’école française. Une chose qui était rare dans la famille Mbacké ou même inexistante avant Serigne Balla. Mais, c’est à se demander pourquoi, une telle décision du petit frère de Bamba?
Serigne Balla fût parmi ceux qui ont accompagné le Cheikh en 1895 de Mbacké Barri Djolof à St Louis. Après le départ du Cheikh en exil, Serigne Balla n’avait qu’un seul objectif, extirper son frère des mains du colonisateur. Animé de ce désir ardant, un notable de St- Louis lui a conseillé d’apprendre le français pour pouvoir aider son frère qui a été exilé injustement. De cette manière, il a commencé à fréquenter l’école française dans le seul but de pouvoir servir son frère et guide. Chose qui va se concrétiser plus tard en 1912 à l’époque de Diourbel, où l’utilité de sa maîtrise de la langue française s’est démontrée aux yeux de tout le monde. Mais avant Diourbel, il faut rappeler que c’est grâce à Serigne Balla que Mame Cheikh Anta a pu rejoindre le cheikh durant l’exil.
Chef de Village de Diourbel jusqu’à 1927
Après sa résidence surveillée à Diourbel en 1912, le Cheikh appella son jeune frère Cheikh Balla, qui était dans son village Diakhal fondé sous l’instruction de Bamba, pour le grand mission. Des moments où seul Serigne Balla pouvait jouer pleinement ce rôle auprès de son guide et frère. Diourbel qui était devenu la capitale du mouridisme avait besoin d’un administrateur et le Cheikh avait besoin d’un lieutenant et secrétaire pour gérer les relations entre lui et le colonisateur, mais aussi avec les autres délégations qui venaient chaque jour à Diourbel.
Armé d’abnégation et de détermination Serigne Balla est parvenu à jouer pleinement ce rôle diplomatique auprès du cheikh. Il arriva à assainir l’environnement de Diourbel, améliora les relations entre le cheikh et le colonisateur. L’interprète préféré de cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Balla était devenu le confident du cheikh sur plusieurs affaires. A Diourbel, il a pu combler son désir ardant de servir le mouridisme.
Après Diakhal fondé en 1906, Serigne Balla a fondé plusieurs villages pour répandre l’idéologie mouride, à savoir, Bagandj 1914, Teen Toubab 1928, Mbacké Saloum 1928 et Mbar 1939.
Il quitta ce bas monde en 1947 à Diourbel, comme l’avait prédit son frère cheikh Ahmadou Bamba et il a été inhumé à Touba. Son premier khalife fut Serigne Abdou Rahman Mbacké, après lui, Serigne Ababacar Mbacké, Serigne Mame Mor Mbacké, Serigne Ahmadou Mbacké et son actuel khalife est Serigne Moulay Mbacké qui est son fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.