Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR NOUS SOUTENIR

Baisse des prix des denrées alimentaires au Sénégal : Une bouffée d’air frais pour les foyers et un débat sur la souveraineté nationale

0 113

Le Sénégal traverse une période marquée par une forte inflation des prix des denrées alimentaires de base, menaçant le pouvoir d’achat des ménages. Dans ce contexte, le Président Bassirou Diomaye Faye et son premier Ministre Monsieur Ousmane Sonko ont pris une initiative audacieuse pour alléger le fardeau des Sénégalais : une réduction des prix du sucre, du riz, de l’huile et du pain. Annoncée le 13 juin 2024, cette mesure suscite à la fois des espoirs et des défis prospectifs :Au-delà de l’impact économique direct sur les famillessénégalaises, cette initiative ouvre un débat crucial sur la souveraineté alimentaire, monétaire, industrielle et commerciale du pays.

Économies Annulées pour les Foyers Sénégalais

Les baisses de prix annoncées sont substantielles : 50 francs CFA pour le sucre, 40 francs CFA pour le riz brisé, 100 francs CFA pour l’huile raffinée et 15 francs CFA pour la baguette de pain. Pour mesurer l’impact concret de ces réductions sur les foyers, nous avons simulé les économies annuelles pour des ménages de 10, 20 et 30 membres.

1. Foyer de 10 membres :

Sucre :
o Consommation moyenne de 14 kg par semaine.
o Économie annuelle = 14 kg * 50 FCFA * 52 semaines = 36 400 FCFA.
Riz :
o Consommation moyenne de 21 kg par semaine.
o Économie annuelle = 21 kg * 40 FCFA * 52 semaines = 43 680 FCFA.
Huile :
o Consommation moyenne de 20 litres par semaine.
o Économie annuelle = 20 litres * 100 FCFA * 52 semaines = 104 000 FCFA.
Pain : Consommation moyenne de 8 baguettes par jour. Économie annuelle = 10 baguettes * 15 FCFA * 365 jours = 43 800 FCFA.

Total des économies annuelles pour un foyer de 10 membres : 227 880 FCFA.

2. Foyer de 20 membres :

Sucre :
o Consommation moyenne de 28 kg par semaine.
o Économie annuelle = 28 kg * 50 FCFA * 52 semaines = 72 800 FCFA.
Riz :
o Consommation moyenne de 42 kg par semaine.
o Économie annuelle = 42 kg * 40 FCFA * 52 semaines = 87 360 FCFA.
Huile :
o Consommation moyenne de 40 litres par semaine.
o Économie annuelle = 40 litres * 100 FCFA * 52 semaines = 208 000 FCFA.
Pain :
o Consommation moyenne de 16 baguettes par jour.
o Économie annuelle = 16 baguettes * 15 FCFA * 365 jours = 87 600 FCFA.

Total des économies annuelles pour un foyer de 20 membres : 455 760 FCFA.

3. Foyer de 30 membres :

Sucre :
o Consommation moyenne de 42 kg par semaine.
o Économie annuelle = 42 kg * 50 FCFA * 52 semaines = 109 200 FCFA.
Riz :
Consommation moyenne de 63 kg par semaine.
Économie annuelle = 63 kg * 40 FCFA * 52 semaines = 131 040 FCFA.
Huile :
Consommation moyenne de 60 litres par semaine.
Économie annuelle = 60 litres * 100 FCFA * 52 semaines = 312 000 FCFA.
Pain : Consommation moyenne de 30 baguettes par jour. Économie annuelle = 30 baguettes * 15 FCFA * 365 jours = 164 250 FCFA.

Total des économies annuelles pour un foyer de 30 membres : 683 640 FCFA.

Le Défi de la Répercussion des Baisses de Prix

Si les baisses de prix annoncées sont bien accueillies, leur mise en œuvre effective reste un défi majeur. Les importateurs ont accepté de réduire leurs marges, mais ces réductions doivent se répercuter tout au long de la chaîne de distribution jusqu’aux épiciers de quartier. Cette dynamique exige la coopération patriotique de tous les acteurs économiques, ce qui est tout à fait possible. Le gouvernement a mis en place un comité national de la consommation pour accompagner, surveiller et garantir l’application de ces mesures. Cependant, la réussite de cette initiative dépendra largement de la bonne volonté des professionnels et de la capacité de l’État à faire respecter les nouvelles tarifications.

La Question de la Souveraineté Alimentaire et Monétaire

Cette réduction des prix des denrées alimentaires soulève une question plus large et cruciale : celle de la souveraineté nationale. Le Sénégal, comme beaucoup de pays en développement, dépend fortement des importations pour ses produits alimentaires de base. Cette dépendance expose le pays aux fluctuations des marchés internationaux, notamment ceux du riz, du blé, du sucre et de l’huile, largement influencés par les dynamiques économiques des pays producteurs.

1. Souveraineté Alimentaire :

L’annonce d’une baisse de 22 % du prix des semences en mai dernier par le gouvernement vise à stimuler la production locale. Cette initiative est essentielle pour réduire la dépendance aux importations et améliorer la sécurité alimentaire. Renforcer la production locale permettrait non seulement de stabiliser les prix mais aussi de créer des emplois et de dynamiser l’économie rurale.

2. Souveraineté Monétaire :

La maîtrise de l’inflation et la stabilité des prix passent également par une politique monétaire efficace. Le Sénégal utilise le franc CFA, une monnaie liée à l’euro, ce qui limite la flexibilité monétaire du pays. Des discussions sur la création d’une monnaie ouest-africaine pourraient offrir de nouvelles perspectives pour une meilleure maîtrise des politiques économiques locales.

3. Souveraineté Industrielle et Commerciale :

Le développement industriel est crucial pour diversifier l’économie sénégalaise et réduire sa dépendance aux importations. La récente annonce du début de la production de pétrole sur le champ de Sangomar est une opportunité pour renforcer l’économie nationale. Afin que cette richesse profite réellement à la population, le Président Bassirou Diomaye Faye et son premier Ministre Monsieur Ousmane Sonko prônent une gestion transparente et équitable des revenus pétroliers et une renégociation des contrats pour un partenariat gagnant-gagnant.

L’initiative de réduction des prix des denrées alimentaires par le nouveau gouvernement sénégalais est une étape importante pour soulager les ménages et stimuler l’économie. Les économies potentielles pour les foyers sont significatives, surtout pour les familles larges. Cependant, cette mesure ne pourra produire ses effets que si elle est correctement mise en œuvre et si elle s’accompagne d’une stratégie plus large de renforcement de la souveraineté alimentaire, monétaire, industrielle et commerciale.

Le Président Bassirou Diomaye Faye et le Premier Ministre Ousmane Sonko se trouvent à un carrefour décisif. Ils sont en train de transformer cette crise en une opportunité pour redéfinir les bases de l’économie sénégalaise et renforcer nos souverainetés. La clé du succès réside dans la mise en place de politiques durables, inclusives et transparentes qui permettent à chaque Sénégalais de bénéficier des richesses du pays. Les défis sont nombreux, mais avec leur volonté politique forte et une mobilisation de tous les acteurs, le Sénégal peut espérer un avenir plus prospère et autonome.

Par Birame Khoudia LO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.