Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR NOUS SOUTENIR

Assemblée nationale: vers la démission du gouvernement de Amadou Ba?

0 132

Va-t-on vers la démission du gouvernement ? En tout cas, c’est le souhait de l’opposition, du moins des députés de la coalition Yewwi Askan Wi. Birame Souleye Diop et Cie ne sont pas convaincus de la quintessence du discours du Premier ministre Amadou Ba qui s’est présenté ce lundi avec son gouvernement devant les parlementaires pour la déclaration de politique générale. C’est pourquoi ils ont déposé une motion de censure. Ainsi, Amadou Ba retournera à l’Assemblée nationale ce jeudi pour le vote pouvant aboutir à la démission du gouvernement.

 

Lors du passage du Premier ministre Amadou Ba à l’Assemblée nationale pour la déclaration de la politique générale du gouvernement, le président du Groupe parlementaire Yewwi Askan Wi qui a affirmé la défiance de l’opposition annonçant par la même occasion le dépôt d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

D’après le député Birame Soulèye Diop, le non-respect des droits humains, les difficultés économiques, les scandales répétitifs du régime sont largement suffisants pour rejeter le gouvernement qui se dit gouvernement d’actions et de combat alors qu’il est, de par sa composition et la vision qu’il entend mener, un gouvernement qui reflète la négativité totale incarnée par le Président Macky Sall.

 

Pour rappel, la motion de censure est le principal moyen dont dispose un parlement pour montrer sa désapprobation envers la politique du gouvernement et le forcer à démissionner, autrement dit pour témoigner de sa défiance envers le gouvernement en place. Elle doit être souvent présentée par une fraction précise de députés et adoptée à la majorité absolue des membres constituant l’hémicycle.

Dans le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, en son article 99, cette question sur la motion de censure est bien précisée. Également, l’article 86 de la constitution dispose que l’Assemblée nationale peut provoquer la démission du Gouvernement par le vote d’une motion de censure.

En outre, la motion de censure doit, à peine d’irrecevabilité, être revêtue de la signature d’un dixième des députés. Le vote de la motion de censure ne peut intervenir que deux jours francs après son dépôt dans le bureau de l’Assemblée. La motion de censure est votée au scrutin public, à la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale, mais seuls sont recensés les votes favorables à la motion.

Si une motion de censure est adoptée, le Premier ministre remet immédiatement la démission du Gouvernement au Président. Une nouvelle motion de censure ne peut être déposée au cours de la même session.

Entre 1990 et 2000, trois motions ont été déposées par l’opposition, mais aucune n’a été acceptée.

En 2012, les députés de l’opposition notamment ceux de PDS avaient déposé une motion de censure pour contraindre à la démission le Premier ministre Abdoul Mbaye, qu’ils accusent d’avoir « blanchi » de l’argent de l’ex-président tchadien Hissène Habré lorsqu’il est arrivée en exil à Dakar en 1990. Approuvée par 14 députés, loin de la majorité requise (76 voix), cette motion de censure a été rejetée.

L’on se demande ainsi si le gouvernement de Amadou BA sera le premier forcé à la démission.

A jeudi inchallah pour la réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.