Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

Année scolaire: Le SAEMSS fait sa déclaration de rentrée et rappelle au gouvernement les priorités

0 85

 

La nouvelle équipe du SAEMSS a fait face à la presse pour rappeler au gouvernement les priorités dans le secteur éducatif. Le syndicat d’enseignement a dans sa déclaration de rentrée pour l’année scolaire 2022/2023 fait le point sur les revendications syndicales

Le SAEMSS rappelle au Gouvernement du Sénégal qu’il urge au nom de l’équité territoriale de procéder au remplacement définitif des abris provisoires, de donner à tous les enseignants la chance de poursuivre leur formation diplômante conformément à l’ODD 4 des nations unies, d’améliorer et de régler définitivement la situation des décisionnaires et enfin de procéder au reversement des MEPS dans le corps des PCEMG en EPS après la signature des décrets et arrêtés y afférents.
Sur l’application de ces points qui constituent essentiellement le résiduel des accords de 2018 et de 2022, le SAEMSS restera intransigeant.

Le SAEMSS se réjouit, par ailleurs, du processus de correction de la rémunération des personnels de l’éducation et de la formation qui est en cours depuis la signature de l’accord financier du 26 février 2022. Le droit inaliénable des enseignants d’être rémunéré de façon juste et équitable au même titre que les autres agents de la fonction publique doit être respecté. Nous invitons, ainsi, le Gouvernement au strict respect de l’échéancier de janvier 2023. Ces mesures correctives apportées par l’Etat du Sénégal ne sauraient être source d’injustice et d’iniquité et c’est pour éviter cela que nous exigeons le paiement intégral et sans aucune forme de discrimination des indemnités d’encadrement dues aux formateurs des CRFPE.

En effet, dans le cadre de sa mission d’alerte et de veille, le SAEMSS rappelle au Gouvernement du Sénégal que le seul gage de stabilité du système éducatif demeure l’application stricte des accords souscrits. A ce titre, nous mettons en garde le Gouvernement contre les tentatives perfides de remise en question des accords constatées sur les bulletins de salaires depuis quelques mois, notamment au niveau de la ligne 623, consistant à augmenter de façon progressive et injustifiée l’impôt sur le salaire mensuel. Nous attendons des autorités le respect de l’échéancier de janvier 2023, le démarrage de la formation des professeurs de philosophie titulaires de diplômes en sociologie, le traitement diligent de la question des décisionnaires, l’effectivité du reversement des MEPS dans le corps des PCEMG en EPS et le règlement définitif des mises en position de stage des titulaires de diplômes académiques et des MC chargés de cours.

Revenant sur les lancinantes et sempiternelles difficultés liées à la gestion de la carrière administrative des enseignants, le SAEMSS rappelle qu’en ce 21e siècle où le numérique est devenu un outil indispensable pour l’atteinte des ODD, le Gouvernement doit s’engager à réaliser l’objectif zéro lenteur administrative au Sénégal afin de soulager les souffrances des agents de l’administration publique.

Il urge, par ailleurs, selon le SAEMSS d’apporter des réponses concrètes et immédiates aux questions pendantes qui risquent de perturber la stabilité du système éducatif. Il s’agit notamment du non-paiement des salaires des travailleurs qui perçoivent à La Poste depuis que cette entreprise publique est au bord de la faillite à cause de la gabegie et d’une politisation à outrance de l’institution. Des mesures doivent également être prises pour diligenter le paiement des indemnités d’examens avant la date butoir du 30 novembre.

Toutefois, le SAEMSS salue fortement la mesure prise par le Ministre de l’Education nationale portant rappel des circulaires n° 004465 du 15 septembre 2010 et 0010 du 09 février 2018 relatives à l’interdiction des cours payants et de la vente des fascicules dans les écoles et établissements scolaires.

Cependant, le SAEMSS exige que la mesure soit corrélée à une politique de dotation des établissements en quantité suffisante de manuels scolaires pour combler le déficit.

En outre, le SAEMSS invite le Gouvernement à adopter la même démarche pour exiger l’uniformisation et la baisse systématique des frais d’inscription sur toute l’étendue du territoire national. A l’ère de la scolarisation universelle, le SAEMSS dénonce le faible taux de recrutement d’enseignants pour l’année 2022 / 2023. Il exige l’ouverture des concours du CREM et des tests d’entrée à la FASTEF afin de respecter l’engagement souscrit par le Gouvernement portant sur le recrutement de plus de 5.000 enseignants pour l’année en cours.

Enfin, à l’orée des élections des représentants des personnels aux CAP/CD et des élections de représentativité syndicale, ERSSEF, le SAEMSS s’engage plus que jamais à continuer à œuvrer pour la défense des intérêts des enseignants du Sénégal et pour la réalisation de leurs aspirations les plus profondes. Le SAEMSS appelle ainsi les enseignants à voter massivement en faveur de notre candidature aux différentes élections afin de consolider les avancées historiques déjà obtenues et de conquérir de nouveaux acquis sociaux au profit des enseignantes et enseignants du Sénégal.
Le SAEMSS apprécie fortement l’engagement patriotique des enseignants du Sénégal et leur dévouement et détermination à faire du secteur de l’éducation et de la formation le levier par lequel s’opérera inéluctablement la transformation économique de notre pays. Il appelle, ainsi, le Gouvernement à ériger le secteur de l’Education et de la Formation en priorité pour la mise en œuvre des transformations nécessaires au développement de notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.