Le plaisir de s'informer juste et vrai, en temps réel !
Pub-bourse

ACCÈS À L’EAU, AU FONCIER, AUX MARCHÉS PUBLICS: L’AJS et ses partenaires outillent les femmes et les jeunes élus

0 88
L’association des juristes Sénégalaises, en collaboration avec l’ambassade des Pays Bas au Sénégal et la ville de Dakar, a procédé, ce lundi, à l’ouverture de l’atelier de formation sur les droits humains, l’accès à l’eau potable, aux ressources (Foncier et crédit) et aux marchés publics en faveur des élus. Cette session de formation suivie de discussion et des travaux de groupe qui s’étalera sur trois jours verra la participation de 40 jeunes et femmes issus de Dakar, Matam et Ziguinchor. 
La concrétisation des droits de l’homme liée à l’eau, aux ressources et aux marchés publics ainsi qu’une approche fondée sur les droits humains entre dans le cadre du développement durable et la question demeure et reste une préoccupation sous tous les cieux.
Au Sénégal, malgré la consécration de l’égalité des sexes pour l’accès à la propriété par la Constitution de 2001, la loi sur le Domaine National du 17 juin 1964 et la loi 2010 sur la parité dans les fonctions électives et semi-électives, les femmes jouissent peu de leurs droits fonciers et sont quasiment exclues de la gouvernance foncière surtout celles vivant en milieu rural.
L’accès à l’eau potable et aux autres ressources telles le crédit et les marchés publics demeurent également une équation pour les femmes en raison des formalités trop complexes et inatteignables.
Les pratiques discriminatoires à leur égard, l’ignorance de leurs droits et la méconnaissance de la législation, s’explique aussi et surtout par la gestion coutumière de la terre et des organes locaux de gouvernance, conséquence des normes sociales genrées et représentations sociales autour de cette question.
Pour pallier à cette problématique un certain nombre d’actions s’avèrent nécessaire :
Soutenir les jeunes et les femmes à mieux s’impliquer dans la gouvernance locale pour mieux défendre leurs intérêts.
Une fois élus, renforcer leur connaissance pour leur permettre de connaitre leur rôle et responsabilité dans la gouvernance locale en prenant en compte l’aspect « droits humains ». Mais également les outiller dans un certain nombre de domaines tels que les marchés publics, l’eau et l’assainissement et le foncier.
C’est dans cette optique que l’Association des Juristes Sénégalaises (AJS), en collaboration avec l’Ambassade du royaume des Pays Bas mettent en œuvre le projet « Politisons les femmes et les jeunes » afin de mieux faire comprendre à ces derniers les enjeux de développement.
Cette formation vise à promouvoir une connaissance des enjeux de développement et à mobiliser les femmes, les jeunes et les acteurs locaux afin de développer des stratégies pour une bonne réduction des inégalités de genre et de l’éradication de la pauvreté.
Mme Faye Adja Jacqueline Badiane, adjointe au maire de la ville de Dakar, venue présidée la rencontre au nom de monsieur Barthélémy Dias empêché a magnifié cette initiative venue à son heure.
« Cette formation vient à son heure parce que, dans le cadre de la parité, nous voulons des femmes compétentes. Et qui on parle de compétence, parle de formation. On sait tous que la gestion des collectivités exige de la compétence car, désormais, il n’y a plus de communauté rurale. Toutes  les communes sont de pleine exercice et les collectivités sont d’égale dignité. D’où l’importance cette formation. », a notamment déclaré Mme Jacqueline Badiane. Elle ajoute qu’à la sortie de cette session, les participants auront des idées claires sur les problématiques liés au développement durable et ainsi que l’aspect genre dans la gouvernance locale.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.